Retour à la normale PDF Imprimer Email
10 juin :
Mort du jeune lycéen Gilles Tautin qui se noie dans la scène en essayant d'échapper à la police dans le cadre les actions conduites par des militants maoïstes aux usines Renault de Flins et qui sont marquées par des affrontements entre syndicalistes, communistes et gauchistes, entre gauchistes et forces de l'ordre.

11 juin :
A Paris, à l'appel de l'UNEF manifestation interdite qui se déroule quand même, barricades, affrontements toute la nuit.

13 juin :
Le gouvernement interdit toute manifestation sur la voie publique et dissout de nombreux groupes « gauchistes ».

14 juin :
Libération des chefs de l'OAS, Raoul Salan et Antoine Argoud, condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité en juillet 1961. Georges Bidault, successeur de Salan à la tête de l'OAS est autorisé à rentrer en France. Evacuation du théâtre de l'Odéon.

15 juin :
Enterrement de Gilles Tautin, élève du lycée Mallarmé, au cimetière des Batignolles. Le cercueil se recouvre de roses rouges. On chante l'Internationale, le Chant des survivants, le Chant des martyrs... La campagne électorale occupe la gauche officielle, ravie de se retrouver dans un cadre connu et maitrisé.

16 juin :
C'est un dimanche. Il pleut. La police évacue les occupants de la Sorbonne, comme si elle obéissait aux nombreux éditorialistes n'ont cessé d'exhorter le gouvernement à faire rentrer les étudiants dans le rang.

23 et 30 juin :
Les élections législatives donnent une victoire écrasante à la droite. Les gaullistes et leurs alliés giscardiens obtiennent dans la nouvelle assemblée 358 sièges sur 485. Maurice Couve de Murville devient Premier ministre. Après mai 68, l'effervescence des années 70!